preloader

L'Année 2024 et le thème de notre Association : Contes et Légendes en Quercy

blog-image

«Si vous voulez que vos enfants soient intelligents, lisez-leur des contes de fées !» : Citation de Albert Einstein.

Les contes et légendes, pures fictions, sont plus qu’une distraction pour les enfants. Leur force vient du fait qu’ils touchent les profondeurs de l’âme, là où s’affrontent avec violence les forces du bien et du mal et où se cherche le sens de la vie.

1. Généralités sur les contes. image1, Fée3

Historiquement, le conte est issu de l’oralité. Le conte est une tradition millénaire.

Le conte est le seul moyen en l’absence d’écriture pour faire passer une information de génération en génération. Conter, c’est transmettre. Les contes ont ainsi traversé les siècles par l’intermédiaire de la mémoire des hommes.

Un conte est relié à une sagesse commune à toutes les cultures. La structure narrative d’un conte célèbre peut être la même dans de nombreux pays mais subir des variantes pour s’adapter au paysage ou à la culture du lieu où il était raconté.

Le conte permet à l’enfant d’accéder au langage et à la temporalité, il développe l’imagination et la créativité.

La valeur des grands classiques est inestimable. Cendrillon, le Petit Poucet, le Petit Chaperon rouge, les Trois Petits Cochons … sont des contes traditionnels qui ont toujours un franc succès auprès des enfants.

Les contes permettent de nommer, décrire et communiquer sur l’environnement qui nous entoure.

Les contes et histoires permettent à l’enfant d’enrichir son vocabulaire et lui font prendre conscience de la puissance des mots. Les récits sont très simples et commencent par des mots magiques : “Il était une fois… " ou “Dans un pays lointain… " grâce auxquels l’enfant sait qu’il entre dans un monde imaginaire où tout est possible.

Les personnages y sont très typés, l’enfant distingue aussitôt les bons et les méchants. Le conte se termine toujours bien, l’enfant est rassuré par cette issue positive et apaisante qu’est le triomphe du bien contre le mal ou celui du bonheur après le malheur. Selon la période de sa vie et de son développement, certains contes vont résonner davantage en lui.

image2, cendrillon image2, citrouille

Le conte va plus loin que l’histoire qui n’a qu’un but éducatif ou distrayant, il génère une prise de conscience existentielle.

À travers des images et des situations symboliques, les contes délivrent des messages universels d’espoir et de confiance qui aident l’enfant à grandir, qui favorisent le développement de sa personnalité et le préparent à l’avenir ; lui aussi pourra traverser des difficultés dans la vie et en sortira vainqueur.

Les contes soumettent l’enfant à des émotions qu’il découvre (la peur, la tristesse, la joie, la honte, la jalousie, la colère, la haine, la compassion), qu’il apprend à reconnaitre et à nommer. Les contes possèdent un rôle thérapeutique qui permettent à l’enfant de réguler ses angoisses.

De même, il prend conscience qu’à côté de lui un autre enfant réagit de la même façon à l’histoire. L’enfant sort alors progressivement de son égocentrisme et se plante dans un tissu social. Les contes véhiculent aux enfants des valeurs sociales qui sont une aide pour apprendre à vivre ensemble.

Dans son ouvrage « Psychanalyse des contes de fées », Bruno BETTELHEIM pédagogue et psychothérapeute américain dit :

“Les enfants ont besoin de l’appui de la magie pour pouvoir affronter la vie.””

« Si en écoutant les contes de fées l’enfant est capable de progresser ce résultat n’a jamais été voulu consciemment par ceux qui, dans un lointain passé, ont inventé ces histoires ni par ceux qui, en les répétant, les ont transmises de génération en génération. »

Les contes sont utilisés pour faire passer un message à l’enfant, ou plus précisément faire passer un message à son inconscient.

image2, nains image2, bneige

Les contes constituent un patrimoine culturel universel.

Les contes apportent un imaginaire culturel collectif. Les humains ont toujours eu besoin de créer des histoires pour partager quelque chose. Le monde des contes, écarté des contraintes de la vie quotidienne est intemporel et des auteurs célèbres se les sont appropriés en apportant leurs touches personnelles.

C’est en France, à la fin du XVIIe siècle, que les contes ont connu un grand succès dans les salons mondains. La volonté de figer ces histoires par l’écriture allait alors apparaître.

  • Charles PERRAULT (1628-1703) - Français : Recueil célèbre intitulé Histoires ou Contes du Temps Passé, en 1697.

Le chat botté (1694) - Barbe bleue – La belle au bois dormant – le petit chaperon rouge (1697).

  • Jeanne Marie LEPRINCE DE BEAUMONT - Française :

La belle et la bête (1757)

  • Jacob (1785-1863) et Wilhelm (1786- 1859) GRIMM - (Allemands) réalisent, au XVIIIe siècle, une grande collecte scientifique des contes.

La princesse au petit pois (1835) - Le vilain petit canard (1843) - La reine des neiges (1844) – La petite fille aux allumettes (1848) - Raiponce (1812)

  • Hans Christian ANDERSEN (1805-1875) - Danois :

La petite sirène (1835) , Le Vilain Petit Canard (1842) , La Reine des neiges (1844).

  • Robert SOUTHEY (1774-1843) - Anglais) :

Boucle d’Or et les trois ours (1837)


image2, Rouge


L’importance des contes à notre époque :

De Philippe DELAROCHE, rédacteur en chef adjoint du magazine « lire » décembre 2005 /janvier 2006.

« Les contes : pour rêver debout »

« Malgré l’emprise de l’audiovisuel, le conte parle toujours aux enfants, qu’ils l’entendent de la bouche d’un conteur ou qu’ils le suivent dans un livre. Son génie tient à une écriture dominée par des images et des contrastes qui ménagent chez l’enfant la distance, mais aussi la familiarité, avec ses peurs et ses plaisirs fondamentaux. Le conte peut bien brasser l’ombre et la lumière, l’abandon et l’hospitalité, la promesse et la menace, la vie et la mort, il suggère la Chambre d’écho qui permet à l’enfant, près de frémir ou de rire, de faire l’unité en soi-même et, ce qui est tout aussi précieux, d’éprouver le lien avec l’autre, enfant ou adulte. A se représenter les scènes du conte, il s’ouvre une sphère, la sienne en propre, où nul autre ne pénétrera : l’intime. Le conte introduit à une féerie qui s’écrit, se répète, s’imite, et rassure à mesure que l’écriture et l’interprétation paraissent maîtrisables. C’est un double vestibule où se scellent le lien avec la parole et le lien avec l’écrit. »


image3, Hiboux


2. Le 27 janvier 2024 :

Conférence sur les Contes et Légendes en Quercy. image2, Fée1

image2, CGB

Guilhem BOUCHER de l’association la GRANJA a captivé un auditoire d’une bonne soixantaine de personnes ce 27 février.

La transmission orale est un art que Guilhem BOUCHER maîtrise plutôt bien, y compris en patois occitan, le thème s’y prêtait volontiers. Il a occupé l’espace à la manière des anciens, d’une façon théâtrale, accompagnant les gestes à la parole pour pour mieux faire vivre les scènes qu’il racontait ou emplifier les émotions sucitées par les personnages qu’il évoquait.

Il a énoncé quelques généralités abordées plus haut et a insisté particulièrement sur certains points :

  • La transmission de contes, légendes, histoires, mythes, fables, menteries, … par l’oralité existe depuis que l’homme a su communiquer.
    St Jean dit dans son évangile : “Au commencement était le Verbe…”

  • Les contes, transmis oralement, ont subi des variantes au fil du temps pour s’adapter aux paysages et aux cultures des peuples. L’écrit les a figé.

  • Avant que la technologie moderne (livres puis télévision…) n’entre dans les foyers, les contes se transmettaient en sautant une génération : ce sont les grands-prents (inactifs) qui racontaient les histoires à leurs petits-enfants en bas âge.

image2, dragon2

Guilhem BOUCHER a cité les personnages les plus fréquents dans les légendes en Quercy :

  • Le diable se retrouve dans de nombreux récits où il est appelé Drac. Ce drac est “protéiforme” : il peut prendre plusieurs formes, souvent celle d’un dragon. Ce Drac ne prend pas vraiment plaisir à faire le mal, mais il ne fait pas le bien non plus. Il fait des bêtises, souvent la nuit ou les soirs de pleine lune, il se déplace sur les rivières… Le drac apparait dans la légende, par exemple, du Gouffre de Padirac et du pont Valentré.

  • La sorcière est une figure emblématique du conte de fées. Elle porte le “mauvais oeil”, elle possède la connaissance des plantes qui guérissent ou détruisent. La sorcellerie trouve une résonance particulière dans les récits issus de traditions populaires : elle agit sur le destin.

  • Les animaux interviennent dans beaucoup de contes. Le renard ou la chèvre en sont souvent les héros.

  • Le géant comme Gargantua qui est capable d’enjamber aisément la Dordogne et de boire toute l’eau de la rivière en avalant même les gabardiers, tant sa soif est grande et urgente à satisfaire.

Quand Guilhem BOUCHER proposait un conte, le public acquiesçait immédiatement, quand il proposait un choix entre plusieurs contes, le public les réclamait tous et il s’exécutait…

La conférence s’est terminée par un pot de l’amitié, également très aprécié ! Merci à tous !

image3, GB


image3, Hiboux


3. JEU CONCOURS :

Énoncé et Règlement émis le 05 février 2024 : * image1, Merlin

Offrez-vous l’espoir de remporter un prix en vous divertissant, tentez votre chance en laissant votre imagination guider votre plume :

Nous, Association “PUY L’EVEQUE – Patrimoine”, dans le cadre de son programme 2024 sur «Les contes et légendes en Quercy» organisons un jeu-concours gratuit sur le thème :

« CONTE FÉERIQUE ET/OU CONTE HORRIFIQUE AVEC COMME DÉCOR LA CITÉ DE PUY L’EVÊQUE” :

Ce jeu-concours est ouvert aux écoles primaires, au collège d’Olt, au CLAP, à l’IME de VIRE sur Lot, à nos adhérents et autres adultes, individuellement ou en groupe, de notre localité et de ses environs proches.

Les textes seront à rendre impérativement avant le 31 mai 2024.

La remise des prix aura lieu la 1ère semaine de juillet 2024.

  1. OBJECTIF DU CONCOURS :

Ce concours de contes vise à encourager la créativité et l’imagination des participants en les invitant à écrire une histoire féerique et/ ou horrifique. Ces contes pourront explorer les mondes magiques et fantastiques. Ils devront impérativement se situer à Puy L’Evêque, cité médiévale.

Les participants sont libres d’interpréter ce thème de la manière qui leur convient, sans oublier les notions de respect et de correction. L’illustration du conte est possible, mais ne sera pas pris en compte dans les critères de sélection du jury.

  1. ÉLIGIBILITÉ :

Ce concours gratuit est ouvert aux adultes et enfants de notre localité et de ses environs proches.

  1. FORMAT :

Les contes doivent être rédigés en français, et doivent durer à la lecture entre 3 et 5 minutes maximum.

Ils ne doivent pas avoir été publiés auparavant, ni empruntés à d’autres auteurs.

Les participants restent responsables de leurs contenus, et peuvent s’ils le souhaitent proposer 1 conte féerique et 1 conte horrifique.

  1. SOUMISSION DES CONTES :

Les participants doivent soumettre leur(s) conte(s) sous le format Word et PDF à l’adresse mail suivante : colettefont@gmail.com ATTENTION, CETTE ADRESSE A ÉTÉ CORRIGÉE 24 MAI, une erreur s’était glissée.

Le sujet du courriel doit être : « Concours de contes féeriques et horrifiques-soumission »

Les participants doivent inclure leur nom complet, leur adresse, leur adresse e-mail, ainsi que leur numéro de téléphone* dans l’e-mail de soumission.

  1. DATE LIMITE DE SOUMISSION :

Les contes doivent être soumis avant le 31 mai 2024. Tout conte soumis après cette date ne sera pas pris en compte.

  1. SÉLECTION DES GAGNANTS :

Les contes seront évalués par un jury composé de 5 membres. Les critères d’évaluation incluront l’originalité, la qualité de l’écriture, la structure narrative, la cohérence et la clarté, ainsi que l’impact sur le lecteur.

  1. ANNONCE DES GAGNANTS :

Les gagnants seront contactés individuellement par courriel ou téléphone.

  1. PRIX :

1 prix sera remis au meilleur conte féerique, 1 autre prix au meilleur conte horrifique et ceci dans 2 catégories d’âge différents :

  • Enfants jusqu’à 15 ans

  • Adultes à partir de 16 ans

Le conte horrifique primé dans la catégorie enfant sera mis en scène lors de la « Soirée de l’horreur » organisée par le CLAP pour Halloween.

Les contes de ces 4 lauréats seront publiés sur ce blog : https://www.puylevequepatrimoine.com dans la rubrique « Programme 2024».

Ils seront également disponibles sur format papier à la médiathèque.

Les détails des prix seront communiqués lors de l’annonce des gagnants.

  1. DROITS D’AUTEUR :

Les participants conservent les droits d’auteur de leur(s) contes, mais en soumettant leur(s) conte(s) au concours, ils accordent à l’organisateur le droit non exclusif de publier les contes gagnants sur le blog de l’association, mais aussi d’en faire la promotion lors de l’exposition « les contes et légendes en Quercy » durant l’été 2024.

  1. CONFIDENTIALITÉ DES DONNÉES PERSONNELLES :

Les données personnelles collectées lors du concours seront utilisées uniquement à des fins de gestion du concours.

  1. ACCEPTATION DU RÈGLEMENT :

La participation au concours implique l’acceptation pleine et entière du présent règlement.

  1. INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES :

S’adresser à Gabrielle Corne au 06 68 59 75 85


image3, Hiboux


4. SAMEDI 23 MARS 2024 : * image1, sorcière2

Un spectacle de contes proposé à la salle des fêtes de GOUJOUNAC par Goujoun’Art en liens avec notre Association “PUY L’ÉVÊQUE-Patrimoine” Ce spectacle, animé par Roberte LAMY, était intitulé : BOUTS DE FICELLE ET SORTILEGES.

image2, Spectacle1 - image2, Lamy

Roberte LAMY, notre “passeuse d’histoires” du jour a mis à profit sa formation de mime pour donner de la vie à ses personnages.

La maitrise de son art se révélait dans ses mimiques, dans sa gestuelle et dans les variations de rythmes de narration qu’elle adoptait en fonction des péripéties des fées et des sorcières qu’elle évoquait.

Durant plus d’une heure, notre magicienne a capté l’attention d’une salle bondée ; l’auditoire fut charmé pour ne pas dire “ensorcelé”!".


image3, Hiboux


5. SAMEDI 25 MAI : image2, sorcière2

Tuck tuck et cie” est une troupe de conteurs.

Laetitia, la colporteuse, et son fidèle compagnon Tuckson, 700 kg de force et de douceur, à 4 pattes nous ont fait voyager dans le Quercy au travers des contes et légendes qui ont nourri l’imaginaire de nos aïeux, au coin du feu, autrefois.

image2, cheval

Au théâtre de verdure de Puy L’Evêque, ils nous ont fait découvrir des histoires souvent peuplées de Mamies ou d’êtres parfois étranges, de trajets particuliers d’eaux souterraines ou encore de rochers énigmatiques sur une terre singulière. Tuckson participe aux contes avec beaucoup de complicité et … quelques rondelles de carottes.

Un voyage onirique à travers le temps et l’espace.

image2, Laetitia


image3, Hiboux